Jukebox #14 : « L’anamour » de Serge Gainsbourg

 

57bd9f32

 

« L’Anamour ». D’abord chantée par Françoise Hardy. Puis interprétée par son auteur et compositeur, Serge Gainsbourg sur l’album « Je t’aime…moi non plus » l’année suivante. Gainsbourg avait défini l’anamour comme l’anarchie dans la passion, une sorte de chaos amoureux en somme. La diction métrique, plus douce sur la version d’Hardy mais le contraste sonne divinement bien sur les sensations imagées, l’écriture de Gainsbourg poétique, délicate mais franche. Une forme de mélancolie. Redoutable.

 

Aucun boeing sur mon transit
Aucun bateau sous mon transat
Je cherche en vain la porte exacte
Je cherche en vain le mot exit

Je chante pour les transistors
Le récit de l’étrange histoire
De mes anamours transitoirs
De belles au bois dormant qui dorment

Je t’aime et je crains de m’égarer
Mais je sème des grains de pavot sur les pavés de l’anamour

Tu sais ces photos de l’Asie
Que j’ai prises à tout saint hasard
Maintenant que tu n’es pas là
Leurs couleurs virent opales

J’ai cru entendre des hélices
D’un quadrimoteur mais hélas
C’est un ventilateur qui passe
Au ciel du poste de police

Je t’aime et je crains de m’égarer
Mais je sème des grains de pavot sur les pavés de l’anamour