Claude Nougaro, 10 ans. Et toujours.

Le Jukebox du mercredi joue sur les jours aujourd’hui pour tomber sous le coup des 10 ans de la disparition de Claude Nougaro. Indissociable de Toulouse, fier d’en être originaire, il l’a chanté dans nombre de chansons mais « Toulouse » s’est inscrite dans l’inconscient collectif. « Une patrouille dans son enfance » comme il l’expliquait. De sa voix chaude et puissante, il clamait une poésie sans pareille sur des rythmes élégants, inspirés du jazz, des sonorités brésiliennes. Un artisan de la poésie, de ces mots qu’il tordait dans tous les sens, posaient avec élégance et générosité. Sans se soucier de la place qu’il occupait, qu’il allait conserver dans les inspirations de nombreux artistes, dans le coeur de ceux qui l’écouteront encore et encore. Sans se soucier que ses chansons s’apprendraient à l’école, car c’est certainement avec « Le Jazz et la Java » que bon nombre des jeunes adultes d’aujourd’hui ont appréhendé les accords du swing. C’est mon cas. Et je savoure aujourd’hui encore, et pour longtemps, bon nombre de ses chansons