Robi

C’est à pas de velours que l’artiste, féline, se fait une place sur la scène musicale. Fin 2011, Robi fût l’une des découvertes des Inrocks Lab, et après la sortie de son premierEP, c’est en première partie de La Grande Sophie, de Da Silva et de Jean-Louis Murat que je l’ai retrouvé. Lourde tâche que de précéder ces artistes aux carrières assises et aux couleurs musicales variées mais Robi ne peine pas à s’imposer, au contraire. Chloé Robineau et ses musiciens Jeff Hallam (notamment compositeur/arrangeur pour Brisa de Roché) et Boris Boulbil forment l’une des plus belles surprises scéniques de cette saison musicale.

Robi ne ressemble à personne, sa musique non plus. Des mots griffonnés sur du papier de verre, une poésie tranchée au bord du vide  sur un support musical brut mais toujours élégant. C’est le phrasé de la jolie brune qui donne le ton et vient toucher la corde sensible, perçant l’étau de velours ambiancé par deux multi-instrumentistes inspirés.

Rien n’est facile dans la musique de Robi. Et pourtant elle vous attrape, vous enserre, vous touche et berce l’instant par sa puissance. Car les chansons de Robi sont vivantes, elles s’électrisent, s’agitent sous l’aura charismatique d’une chanteuse habitée par une force mélodique qui la pousse hors de la scène. « C’est bon où ça fait mal » chante t-elle, résumant ainsi, sans le vouloir, le sentiment qu’engendre le venin de sa pop électrique.

On serait presque tenté de voir en elle quelque chose de Scout Niblett ou encore une petite soeur de Dominique A mais là où le chanteur à la fossette semble avancer « vers les lueurs », Robi, elle, nous ramène une autre lumière, venue, des profondeurs les plus ténébreuses.

 

Retrouvez Robi en concert

Le 9 juillet : Festival Summer in Loge, Paris

Le 19 juillet : Vendôme

Retrouvez Robi sur Facebook

  • LA BANDE SONORE » « On ne meurt plus d’amour » avec Robi

    […] de La Bande Sonore s’est ouverte sur la découverte d’une artiste rare : Robi. Il y a quelques mois, nous revenions sur ses concerts parisiens, ses premières parties diablement […]

  • Interview #12 ROBI – « J’ai l’impression de m’être trouvée » | LA BANDE SONORE

    […] Les premières parties, les premiers live, le premier album, jusqu’au premier clip, nous avons suivi Robi (l’avènement de son projet étant de surcroît parallèle à la naissance de la Bande Sonore). Il était se rencontrer, de prendre le temps de revenir sur cette belle année, d’évoquer l’écriture, les influences, l’image (parfois compliquée à remettre entre les mains des autres) et les correspondances. Au parc de Belleville, le temps d’une après-midi, nous avons rencontré Robi. […]